Hier, soirée slam à la porte des fontaines. Top, comme d’hab. 🙂 Le thème de la semaine était « Webmaster », et j’ai écrit et déclamé ce texte que j’ai bien envie de te partager, comme ça, juste pour le plaisir. Et puis, que ça me fait bien triper de le poster sur internet comme un petit cheval de Troie ^^

Webmaster,
C’est l’ouverture des portes du savoir,
D’ici et d’ailleurs,
La somme possible de tous les pans de l’Histoire.
C’est la culture offerte en mille sites,
La pépite
De la connaissance gratuite !

Webmaster,
Ouai ma sœur, c’est un progrès majeur !

Mais webmaster deviens vite Webmonster
L’affamé qui me fait peur !
Le vendu qui clame que mon slam
N’est rien d’autre qu’un spam

Mais tremble donc, putain de Webmonster
Car mon âme à l’essence du hacker !
Le virus qui te fait peur !
Le Cod Kinay
Qui explore ton système,
A la recherche de ses failles,
Et publie quelques poèmes
Pour y semer la pagaille !

Car, webmonster, pour toi,
Sans freins,
Faut qu’on suive le mouvement,
Ici et connecté à la fois,
Sans fin,
Et éclaté aux quatre vents !

Faut qu’on aille vite, vite, vite,
Toujours plus vite,
Instantané,
Dans les données
Faut que ça débite !
Ouai, faut bouffer du gigabit,
Et des data qui s’excitent !

Et exit
Le repos du cerveau,
Faut que ça swing dans l’ocillo
Survolté
A milles ampères !
Connecter, collecter,
Nos petites infos privés
Que par derrière
Tu puisses faire des affaires.

Et la pause en guise d’analyse,
Non !
L’esprit critique n’est pas de mise,
Non !
Faut du flot à 140 caractères,
Mixer l’utile et le futile,
Car pour faire valser les repères,
Noyer l’info c’est plus subtil
Que de forcer à la faire taire.

Alors direct ça repart
Et les pare-feu sont du-per
Hagards dans le dépit,
A haut débit dans les encarts
Publicitaire !

Webmaster avait les guides
Mais Webmonster les a faussés
Et faut du speed,
Ouai, faut foncer,
Pressé !

Tête baissée, dans les excès !

Et si tu suis pas assez,
T’inquiète ! On va te pousser
Mon pote.
T’agresser à coups de spots,
T’en veux, t’en veux, regardes c’est excitant,
Vas-y, lâche toi, ça ne te coûtera qu’un peu de temps !

Quelques heures sups au tarif nuit !

De toute façon,
Garçon,
Si tu fais rien c’est que tu t’ennuis !

Car webmonster a bien trusté nos vies
En pénétrant dans nos maisons,
Il a violé l’ingénue de nos raisons,
Bouffé les pauses
A l’overdose
Des flashes qui nous créent de l’envie.

Alors non ! Je reste pas tranquille,
Non ! je sais plus faire sans mobile !

Wifi, Bluetooth et 4G dans les artères
Du nerf, du nerf,
Et une connexion planétaire !

Je vogue vite aux satellites,
Dans les ondes qui abondent,
Je me vends au vent,
Trop souvent aux courants d’air,
Mais là, devant,
Je crois que j’ai zappé l’élémentaire :

« J’ai oublié l’élément terre,
Le concret,
Là tout autour,
De porter de l’intérêt
Aux choses simples qui m’entourent !
A tous ces petits riens,
Partout autour de nous,
A tous ces petits liens
Qui valent tellement le coup ! »

On a oublié,
Oui, on a plié,
Mais là, ça y est, on se rappelle,
Au fond, nos mémoires ont résisté.
Alors, Webmonster,
Imposeur imposteur,
Reprend donc tes fausses ailes,
Il est l’heure, pour nous, de vraiment exister !

COD KINAY – le 04/12/2014

Illustration pour webmonster de vee209

Pour illustrer ce slam, j’ai aimé cette peinture de Vee209

Licence Creative Commons

Webmonster de Cod Kinay est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à Contacter Cod Kinay.