Parce qu’aujourd’hui (6 décembre 2014), je me suis pris à rêver de mes utopies. Parce que ces rêves se sont glissés sous ma plume pour donner ce slam, que j’ai vraiment envie de partager avec toi. Il est écrit et posté en instantané (comme tous les autres du blog, d’ailleurs ! ^^).

On est le 24 octobre 2015, presque un an après l’écriture de ce texte, et il me tient toujours tellement à cœur que c’est le premier que j’ai décidé de retravailler pour lui donner sa forme (peut-être) finale.

 

Je suis
L’eau thermale dans laquelle tes racines vont puiser,
L’utopie
Trop vitale pour qu’on puisse l’épuiser;
Comme la sève d’un gosse
Qui ne peux que grandir
En prenant sa force
Dans le présent d’un avenir.

Je suis ton utopie !

Je suis
L’étoile dans l’œil du mort qui te sourit,
L’utopie
Loin du deuil d’en fixer de prix;
Comme la trêve d’un vieux
Qui a vécu sa vie à l’heure
Et embrasse les cieux,
Repu, sous le marbre en fleur.

Je suis ton utopie !

Je suis
Ce chant qui t’attire les tympans comme un aimant
L’utopie
Qui s’entend loin devant sans pourtant être vraiment;
Comme les lèvres d’un fou
Qui font fit des camisoles,
Des paroles sans tabous
Quitte à en boire le vitriol.

Je suis ton utopie !

Je suis
Le cri de tes tripes face à tous tes oppresseurs,
L’utopie,
En road-trip sur les traces du cœur;
Comme ce rêve à l’horizon
Que tu peux faire les yeux ouverts,
L’échec à la prison
Qui te fout tous les feux au vert.

Je suis ton utopie !

Je suis ce que j’étais quand je serais,
J’étaye qui me suis, et jamais ne laisserais
Tes genoux pliés, tout deux posés à terre,
L’âme striée de trop de toi à taire,
Car je suis le destrier
De tes traits de caractère.

Je suis ton utopie !

Cet ange gardien
Qui maintient le lien
Entre le ciel et le sol,
La clé des champs, celle de sol;
La quintessence
D’un sixième sens.

Je suis ton utopie !

Le Phi et Pi enfin réunis
Dans les croquis du géomètre
Qui chiffre l’infini
De ton être.

Je suis ton utopie !

Ta ligne de vie;
Alors vite,
Accroche toi à moi,
Tout proche, qu’on soit
Mes bras dans tes pas.
C’est ça, on y va;
Et ça ira, tu verras,
Ensemble on pourra,

Je suis ton utopie !

Oui, suis ton utopie !

 

COD KINAY – le 06/12/2014

Pour le délire, dans la foulée de l’écriture, j’avais slamé ces mots, juste pour te faire partager l’idée du flot que j’avais en l’écrivant. Du coup, ça donne toujours une idée du flot pour la nouvelle version du texte, mais permet aussi d’avoir celui d’origine.  ;p

 

illustration du slam utopie avec graff de David Walker

Pour illustrer ce slam, j’ai aimé cette peinture « street art » de David Walker (Photographie: Jun Tuazon)

Licence Creative Commons

Utopie de Cod Kinay est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à Contacter Cod Kinay.