Salut à toi qui vient porter ce regard sur la prison, dans lequel je veux te parler de ceux qui s’y connaissent bien mieux que moi. Car quoique de mieux que de te présenter ces personnes, ces citoyens comme toi et moi, et qui s’investissent dans ce sujet, un peu tabou dans notre société. Cet article à donc pour but d’être un piqueur et passeur de curiosité… Te donner envie d’en savoir plus, au delà des tabous, des clichés et des préjugés, et puis… et puis, ce sera à toi de voir ce que tu en pense, d’en parler et d’en débattre….

Cet article est attenant au Slam « Au delà des murs de prison » et au Festival Taul’Art.

 

L’association GENEPI (Groupement Etudiant National d’Enseignement aux Personnes Incarcérées)

image-dessin-Genepi-prisonLe début des années 1970 est marqué par de violentes émeutes au sein des établissements pénitentiaires. Les pouvoirs publics décident alors d’ouvrir les portes des prisons à des intervenants extérieurs en instaurant un lien entre les étudiants et les personnes incarcérées. C’est ainsi, que le 26 mai 1976, le Groupement Etudiant National d’Enseignement aux Personnes Incarcérées (GENEPI) voit le jour. ​Depuis, l’association continue de réagir à l’actualité.

Tous les ans, ses membres se réunissent en assises pour débattre et prendre des positions sur les questions concernant le champ de la prison-justice. Une fois votées, elles sont inscrites dans les ADAGES (Actes des Assises du Genepi) disponibles sur le site du GENEPI. Ces derniers abordent des thèmes aussi divers que le sens de la peine et la place des victimes, les étrangers dans le système carcéral français, les établissements pénitentiaires pour mineurs ou encore le danger de l’utilisation de l’idée de dangerosité.

Aujourd’hui, 1300 étudiants bénévoles agissent pour la réinsertion des personnes incarcérées par trois types d’action : intervention auprès des détenus, sensibilisation du public aux problématiques de la prison et réflexion sur le milieu carcéral. Conscient de la complexité du monde carcéral, le GENEPI accorde une part importante à la réflexion. Des temps lui sont régulièrement consacrés pour que les bénévoles rencontrent des spécialistes afin de comprendre le monde pénitentiaire et de l’appréhender dans sa globalité.

Les actions en détention sont menés par les bénévoles de l’association et se déclinent sous plusieurs formes : soutien scolaire (individuel ou collectif), ateliers culturels et socio-éducatifs, animations ponctuelles (concerts, tournois sportifs, etc.). Elles se déroulent dans tous types d’établissements, auprès des prévenus comme des condamnés, des adultes, hommes et femmes, et des mineurs. Aller à la rencontre des détenus et promouvoir leur réinsertion sociale constituent l’intérêt premier de ces interventions.

Affiche festival taul'art

A l’extérieur, le GENEPI organise des événements afin d’informer et de sensibiliser le public. Ces événements sont de différentes natures : ciné-débats, conférences, expositions, lectures de textes, concerts… C’est le cas du Festival Taul’Art (renseignement sur l’évènement: Le Festival Taul’Art – 23 au 29 mars 2015). Les interventions se passe également dans le milieu scolaire, spécialement dans les collèges et lycées, avec des supports adaptés à tous âges. Le principe étant de susciter la réflexion chez les personnes rencontrées. Enfin, une revue bimestrielle, « Passe-Murailles », est publiée pour informer de façon claire, objective et approfondie sur l’actualité pénitentiaire et judiciaire.

Pour aller plus loin: Le site officiel du Genepi

 

L’ ENVOLEE

Logo-journal-prison-lenvoléeL’Envolée est un journal qui parait quatre fois par an. Il publie les lettres de prisonniers que nous recevons, des compte rendus de procès auxquels nous assistons, et des analyses sur la société et ses lois. Le journal prolonge le travail mené par des émissions de radio indépendantes, telles que Radio Prison, qui maintiennent un lien entre l’intérieur et l’extérieur des prisons, en dehors du contrôle de l’administration pénitentiaire.

Le journal est réalisé par des ex-prisonniers ou des proches de prisonniers qui pensent qu’il est primordial de publier des textes venus des prisons et des textes contre les prisons. Les prisonniers décrivent leur quotidien, dénoncent leurs conditions de détention, se battent contre l’enfermement.Une parole de prisonnier qui sort et attaque l’administration pénitentiaire ou la justice, qui plus est quand cette parole est collective, constitue un acte politique qui dérange l’ordre des choses. L’Envolée se veut porte voix des prisonniers et prisonnières qui luttent contre le sort qui leur est fait, sans se faire porte parole ou syndicat de prisonniers.

Le journal est disponible au prix de 2 euros dans de nombreuses librairies en France et en Belgique. Où trouver l’envolée ?

Pour aller plus loin: Le site du journal l’Envolée

 

L’INAVEM (Institut National d’Aide aux Victimes Et de Médiation)

Quand on parle de prison, viennent directement en tête, deux mots: Condamnés et … Victimes. Donc, quitte à s’intéresser à quelque chose, autant regarder les deux côtés de la médaille. Mais attentions, il n’y a pas de contradiction ! Ils sont unis dans le but d’apporter dignité et la meilleure balance de justice des êtres humains.

logo-inavem-association-victimes-prison

L’INAVEM est une fédération généraliste d’aide aux victimes qui, depuis 1986, a pour mission d’animer, de coordonner et de promouvoir le réseau d’aide aux victimes, ainsi que d’engager des partenariats, des conventions pour faciliter l’accès des personnes victimes vers les associations locales.

Elle regroupe 150 associations d’aide aux victimes généralistes sur l’ensemble du territoire français.

Pour aller plus loin: Le site de l’INAVEM

 

Pour aller plus loin sur le sujet, car comme je le dis dans le slam « Au delà des murs », il faut que je m’informe de cette réalité si importante qui tiendrait presque d’un tabou de notre société. Et pourtant, la justice et la dignité humaine y prennent tout leur sens, et quel sens voulons-nous leur donner ?

Alors voilà, je te met un petit lien de recherche à explorer pour aller voir ce que disent nos concitoyens qui s’investissent dans ce sujet (que j’explorerais moi-même, soit dit en passant ^^) : Recherche « association prison »