Oiseau twitter

De carbone en tonnerre,
De profit en bataille,
Le monde des hommes écaille
Le dos meurtri de la Terre.
Pourtant tant de sève
Dans nos rêves.


On s’enfonce souvent
Les poings dans la trachée,
Puis on se coud les lèvres.
Tant de fils à trancher
Pour qu’on s’élève
Au souffle du vent.


Ma France, tu as des travers
Qui me foutent les nerfs,
Mais je t’aime mon pays,
France ou l’arbre qui produit
Le fruit mûr que je suis.


C’est beau
Quand tu tombes les artifices
Pour être nu(e) dans la lumière.
De voir tes cicatrices
Tracer ta carte routière
Dans les mots.


Cod Kinay, c’est moi !
Je suis quoi,
Rien si ce n’est
Quelqu’un comme toi
Qui fait
Entendre sa voix
A travers les plumes
Des colombes qui aboient.
Et j’assume ! ^^


Montrez les cuisses
Pour qu’on vote pour vous,
Faites monter le petit suisse
Et les membres au garde à vous.
Belle image de la femme
Et personne ne cri au drame !
Putain c’est fou !
Féministes debout !


L’effet
Des fées
N’est jamais
Surfait.
Et l’or
Qui colore
La trame
De ton âme
Quand tu dors
Est leur trésor.


J’ai le vague à l’âme
Et des vagues de slam.
L’océan de mes flammes
Est celui qui déclame
Les peines de ses eaux,
Sur la scène de mes mots.


On a de l’or vert dans les mains,
Mais il faut le noir et le jaune,
Comme si l’essor de l’humain
Le détachait de la flore et la faune!
C’est Faux !


Ce soir,
Il a froid sur le trottoir,
Et ces airs de Noel
Qui donnent des ailes,
Aux ventes d’hiver,
Lui, il n’en a rien à faire !


J’ai vu de l’espoir
Dans les yeux du cruel,
La vie chantant son histoire
Dans le ciel de Noel,
Un conte ou l’humain a des ailes
Fraternelles.


Cod Kinay – le 03/01/2015

Licence Creative Commons

Poésie en tweet style 07 de Cod Kinay est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à Contacter Cod Kinay.