La sucette à cancer, je la connais malheureusement trop bien. Et peut-être que toi aussi, directement ou à travers tes proches, car nous sommes nombreux à la connaitre de trop prêt. Alors, tout simplement,  j’avais envie de t’en parler à travers ce slam.

 

J’ai trop de problèmes éparpillés,
D’espoirs et de rêves grillés
Qui me donnent envie de crier
Et remplissent mon barillet.
Alors, je descends les cartouches
A coup de lattes pour calmer mes nerfs,
En criblant ma bouche,
De sucettes à cancer !

« Tu t’autodétruis ! » Me dirait mon psy,
Pendant que je crierais à l’ineptie,
Parce que c’est dur de regarder en face
La vérité du mal que l’on se fait ;
Alors, on se consume à la place,
Et pour ça, la sucette à cancer, c’est parfait !

A vrai dire, on se calcine les poumons,
Brulant à petit feu nos minutes de vie
Pour tenter d’enfumer nos démons
Par habitude, plus que par envie.

Difficile d’accepter sa maladie
Même si le médecin te l’a dit:

« Arrête de te foutre en l’air
Avec la sucette à cancer !
C’est l’épidémie du millénaire
Qui rapporte aux actionnaires
De l’industrie du tabac.
C’est comme un tueur à gage
Que tu engages,
Et qui t’abat ! »

Mais voilà, au présent, on ne voit pas
Le réel des conséquences à long terme,
Même si nos consciences chuchotent tout bas :

« Tu sais bien qu’on récolte ce qu’on sème,
Et là pour toi les graines sentent la tumeur,
La gangrène lente, jusqu’au jour où tu meurs.
Tu ne pourras le reprocher qu’à toi-même
Car tout le monde t’aura sonné l’alarme.
Quand des tuyaux sortiront de ta peau blême,
Et que tes proches dégoulineront de larmes,
On verra bien si tu tiens le choc frontal
Des douleurs de ta chambre d’hôpital,
Qui se poseront en émissaires
De ta sucette à cancer.
C’est peut-être la prochaine
Qui déclenchera tout,
Cette réaction en chaîne
Au son d’une quinte de toux ! »

Oh oui, on l’entend bien cette voix fébrile
Qui nous répète ces mots sans cesse,
Et même si on simule l’ignorance du péril,
Ça diffuse en nous de la peur et du stress.
Alors, pour se calmer, on sort et on se sert
Une de nos petites sucettes à cancer :
Cercle vicieux bien établit
Autour des volontés affaiblies !

Faut dire, aussi que ça occupe ces mains
Dont on ne sait jamais trop quoi faire,
Ça soulage le poids des malaises humains,
D’avoir, entre les doigts, une sucette à cancer !
Qui plus est, de nos jours, c’est fantastique,
Le filtre de la mort foisonne d’esthétique :
« Tu t’empoisonnes à la sucette classique,
A la roulée, où au design électronique ? »

Donc, oui, j’ai trop de problèmes éparpillés
De rêves et d’espoirs grillés,
Qui me donnent envie de crier
Et remplissent mon barillet.
Alors, chaque jour je me fais mon adversaire
Pour jouer à la roulette Russe,
Et …. « S’il te plait, t’aurais une indus ?
Parce que là j’en ai besoin et trop envie.
Ah cool ! Merci ! Tu me sauves la vie ! »

COD KINAY – le 16/04/2015

 

digital-art-cigarette-sucette-a-cancer

Pour illustrer ce slam sur la cigarette, ce « digital art » de lucaszoltowski me semblait parfait.

 

Licence Creative CommonsSucette à cancer de Cod Kinay est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à Contacter Cod Kinay.