La solitude, c’est un truc qui me frappe, particulièrement quand je remonte sur Paname : Plein de gens seuls qui vivent à côté les uns des autres ! C’est pas incroyable ça ?! En fait, j’ai l’impression que plus on est nombreux dans un même endroit, plus on s’isole… Ça sent quand même le gros paradoxe que j’avais envie d’aborder dans ce slam. Et de partager avec toi, mon copain de solitude ! 😉

 

Tout ça me parait fou de flou,
Et je me demande ce qu’on fout
A s’empiler, comme ça, dans des villes
Pour des vies d’exil et de solitude ?!

Dis comme ça, ça fait un zeste débile,
Mais il n’y a pas qu’une seule étude
Qui atteste des échanges stériles
Dont les citadins ont l’habitude,
Même s’ils s’en sentent frustrés.

Et c’est assez simple à illustrer :

Allé, dis-moi combien de fois
Tu as gentiment invité tes voisins
A passer la porte de chez toi,
Simplement quand tu en croises un ?

Combien de « bonjour » as-tu balancé
Comme des crachats sur le trottoir
Sans vraiment t’arrêter d’avancer ?
Combien, pour éviter d’être trop tard
Dans ton chez toi, happé par la télé,
Entre le toit et le canapé, bien isolé ?

Combien de: « désolé mais j’ai pas le temps ! »,
Alors que pourtant,
Rien d’important
Ne t’attend
Derrière le battant
De ta porte.

Mais souvent on se comporte
Comme si on vivait sous-vide
Et ces phrases qui nous guident
Tendent à devenir une habitude
Dans nos vies de solitude
Où l’on accroche « sollicitude »
A nos nos triangles des Bermudes.

Combien comptes-tu d’instants niqués,
Les yeux rivés sur ton mobile,
Planté là, droit comme un piquet,
Dans l’attitude du Playmobile,
Alors qu’à tes côtés,
Tu as tes potes et
Que tu pourrais papoter
Autrement que connecter ?

Quand je vois cette aphasie,
Je crois bien qu’on choisi
De s’entourer de cette solitude;
Oui, j’en ais la quasi-certitude !

Et encore, je n’ai pas cité ce tic
Ce toc appliqué comme une tactique
Qu’on aime pratiquer en art commun
Du faux-semblant des contacts humains.
Je parle de la question préconçue,
Du « Salut, ça va ? »,
Et de sa réponse massue,
Dans la constance des mots par trois :
« Oui, et toi ? »

Belle approche en question
Pour intérêts en désuétude !
De quoi se faire une opinion
Sur les causes de nos solitudes !

Alors, je sais bien que ce sont des clichés
Au peu de sens poétique,
Mais impossible de les faire tricher
Par soucis d’esthétique phonétique.
En fait, je voulais éviter les sens hasardeux,
Du genre : « Un et un ne font plus deux
Dans l’équation de villes
Où l’inconnue est en civile. »

Et donc, pour finir, je me répète,
Afin que ce soit clair et net :

« La solitude est souvent un choix,
Fais par les autres comme par soi,
Alors, décide, une bonne fois pour toute,
Si tu vas ou pas
Décider d’être au partage comme à l’écoute,
Et faire le premier pas ! »

COD KINAY – le 14/06/2015

 

illustration-slam-poesie-solitude-dans-foule-ville

Cette photo de Janine – Lonely in the crowd, me semblait bien illustrer les propos de ce slam sur la solitude. Alors, je l’ai mise là !

 

Licence Creative Commons

La solitude des foules de Cod Kinay est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à Contacter Cod Kinay.