La dépression est une maladie qui peut toucher tout le monde.  En France, les études statistiques montrent qu’en moyenne, 19% de la population française âgée de 15 à 75 ans, a connu ou connaîtra un épisode dépressif au cours de sa vie. Et ça fait 1 personne sur 5 ! C’est beaucoup ! Et en même temps, tellement à l’image des pressions psychologiques qui nous assaillent de toute part…

Pourtant, parler de sa dépression reste relativement tabou. Mais comme je n’aime pas les tabous, qui conduisent souvent à des situations qui empirent, je voulais te parler de la dépression dans un slam, dans ce slam…

 

Je crois qu’à force d’avoir été le jouet
Plat des pressions,
Je prends maintenant de plein fouet
La dépression.
Impression imprécise de néant
Et avec elle, j’ai le nez em-
-bourbé au fond de mes chaussures.
Et gérer ça, c’est chaud, surtout à l’usure !

Putain, je me sens seul
….
Et me censure d’un linceul
Taché du sang dense des silences
Qui s’élance et danse dans l’absence.
Des pressions et ces lances
Qui me percent la tête d’oubli,
En coups de dépressions ou l’esprit pli,
Pris dans l’air des trous immenses.
Et toujours ce couplet
Comme un couperet dans la gueule,
Un cran d’arrêt complet !

Putain, je me sens seul
….
Quand au milieu des foules
Je refoule qui je suis ;
Quand je suis juste l’eau qui coule
Sur mon Titanic,
Et coule avec lui,
A pic.
Oui, je reste sur le carreau
Sans comprendre mon cœur, car au
Fond de mon jardin secret en deuil,
Tous les trèfles n’ont que trois feuilles.
Et j’en peux plus que l’étroit veuille
Le piéger à l’enclos de son cercueil,
Qu’il le serre et y cueille mes pensées
A la faux d’un manque de confiance et
D’un peu trop de pressions
Qui l’arrose à la dépression. !

Putain, je me sens seul
….
Et même si mes larmes
Coulent sans sel,
Que personne n’entend l’alarme
De ma souffrance, elle
Ruisselle en moi, comme du fiel
Avalé de traviole.
Oui, mes démons me violent
Me défoncent dans un coin sombre,
Même si je garde un masque sobre
Sous la masse que prennent les pressions
De leurs barreaux suintant de dépression.

Putain, je me sens seul
….
Seul … Sur le divan du psy,
Seul … Sur ma table d’autopsie,
Seul … Et pourtant bien entouré,
Seul … Même quand je fais l’amour et
Seul … Comme ces millions d’êtres humains,
Ces autres, différents, dont  mes pas
Croisent, pour un instant, le chemin.

En fait, c’est peut-être ça :
« Si on est tous seul au dedans,
C’est peut-être parce qu’on est uniques,
Mais qu’on panique à l’idée d’en
Assumer le vrai pouvoir magique ;
Qu’on se met des pressions de normes
Qui génèrent des dépressions énormes !

Alors, c’est vrai, je me sens seul,
Oui, seul censeur de mon sort,
Libre de choisir l’étage ou je sors
Dans mon ascenseur émotionnel !

Oui, je me sens seul, comme hier,
Mais j’en suis fier,
Depuis que j’ai compris
Que mon esprit
Est une verrière qui puise
A sa guise
La lumière ou la nuit
Dans l’unique que je suis.

Alors, oui, quoique je fasse,
Rien n’efface
Cette part de moi, cachée, qui se sent seule ;
Mais je viens partager avec ceux qui le veulent
Mon petit bout de solution:
Le lâché prise
Face aux démons des pressions
Qui en perdent leur emprise

Et leur main-mise de dépression !

 

COD KINAY – le 24/05/2015

 

image-depression-pression-peinture-art

Pour illustrer ce slam sur la dépression, j’ai vraiment trouvé belle et très parlante cette peinture de TheMichaelMacRae.

 

Licence Creative CommonsDes pressions à la dépression de Cod Kinay est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à Contacter Cod Kinay.