Parce que la drogue j’en ai vu plus qu’à mon goût, qu’elle a brisé des liens forts, et qu’elle m’a laissé des marques de tristesse enfouies au fond du coeur … une amertume à la plume…

L’ami sent cette force entrer de suite
Tandis qu’il inspire sa ligne de fuite !
Il est libre et confiant dans le vol des nuages
Rapide et agile comme l’oiseau du voyage.
Il se laisse porter, telle une feuille insolente,
Par le souffle chaud des langues puissantes
Que la fine poussière d’ange
Distille en odes étranges.

Mais petit à petit, l’ami trace trop de lignes
Pour casser le train-train à grande vitesse
Qu’il arrose en escales au fruit de la vigne
Dans la folie des rails qui montent à l’ivresse.
Il plane haut, au sentiment de l’intouchable
Sûr de lui au survol de l’échine du diable.
Mais ce soir l’ami, laissant ses repères, se perd,
Les ailes crispées dans le néant des courants d’air.

Il s’est fait aspirer,
La poussière au nez,
Par le feu de la fièvre,
L’écume sur les lèvres,
Dans le trou noir du poison,
Les yeux loin dans l’horizon…

Ce n’est qu’un pote envolé, volé par ses doses
Un de ces faits divers dans l’ordre des choses.
Rien de plus qu’une tombe amicale à bénir,
Une croix, encore, au manque des devenirs.

COD KINAY – le 05/12/2014

illustration de Banksy pour slam de la poussière d'ange

Pour imager ce slam, j’ai aimé ce graffiti de Banksy

 

Licence Creative Commons

De la poussière d’ange de Cod Kinay est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à Contacter Cod Kinay.