Green guerilla logoGreen Guerilla ou Guerilla gardening est mouvement pacifique né dans les années 70 à New York et vise à récupérer des friches urbaines et les transformer en jardins. Son ambition est de réveiller les consciences écologiques et d’un mieux vivre communautaire en ville en incitant les gens à reconquérir leur espace urbain.
En France, les pionniers sont sans doute, en 1995, les membres de l’association Rennes jardin.

Pour petite info, j’ai également écris un Slam intitulé « En ville de Nature » qui est en lien avec cet article et que donc, je te conseille d’aller lire, en introduction ou en conclusion, comme tu préfères. 🙂

En introduction à cet article, tu peux aussi regarder cette explication vidéo sur ce qu’est la Green Guerilla:

Le principe de la Green Guerilla, c’est que chacun peut oeuvrer à sa façon pour contribuer à la reconquête des villes par la nature. Plusieurs idées et tutoriels sont présentées sur le site Green Guerilla d’Arte pour aider à devenir acteur facilement acteurs de cet extraordinaire aventure collective.

Le mouvement des Colibris (article également présent sur « Des Mots de Citoyen »), créé en 2007, est très actif dans le développement de la Green Guerilla. Que ce soit pour se nourrir, se loger, éduquer, se fournir en énergie, se déplacer le mouvement Colibris tente d’insuffler l’esprit de la nature au cœur des villes, à travers leurs citoyens: toi, moi, nous tous… Sur leur site, tu peux retrouver 21 fiches pratiques, des témoignages d’acteurs engagés, pour t’aider étape par étape, à transformer ton chez toi, ta rue, ta ville, ton territoire en leur donnant une véritable dimension écologique.

 

Jardins partagésLa Green Guerilla à travers les jardins partagés:

En France, depuis, la mise en place de la charte Main verte et la Charte des Jardins en Partage, qui offrent un cadre légal aux jardins partagés, de nombreuses initiatives ont vu le jour dans tout le pays. Ils sont conçus, construits et cultivés collectivement par les habitants d’un quartier ou d’un village, réunis en association. Le vivant y est respecté en prohibant l’usage des pesticides et en encourageant les jardiniers à expérimenter des techniques écologiques…

Les jardins partagés sont donc de petites oasis de verdure situées généralement au plus près de l’habitat où l’on peut se rendre à pied depuis son domicile. Ils constituent des équipements de quartier qui profitent au plus grand nombre et pas seulement à ceux qui y jardinent. En effet, pas besoin de savoir jardiner pour en faire partie, le jardinage s’apprend par l’échange avec des jardiniers plus expérimentés, et cela permet de tisser des liens. Ainsi chacun peut devenir membre d’un jardin partagé simplement pour le plaisir de s’y promener et d’y flâner à loisir ou pour participer à un projet de quartier…

De plus amples informations sont disponibles sur le site du réseau national du Jardin dans Tous Ses Etats (JTSE).

 

D’autres actions de Green Guerilla sont également possibles. Voici, en guise d’exemples et d’inspiration, un petit résumé de ce que certains ont déjà entrepris :

Green Guerilla graffitis mousse A New-York, Edina parsème la ville de ses nombreux graffitis de mousse pour rappeler la nature aux bons souvenirs des habitants de la grosse pomme et réveiller leur conscience écologique.

Pour apprendre à faire ces graffitis en mousse, c’est très bien expliqué sur le site Tout Vert.

Okabé et les Vallicans Harvesters à Tokyo, ainsi qu’Amélie & Gildas à Paris, plantent fleurs, fruits et légumes sur chaque mètre carré de terre à l’abandon qu’ils dénichent ou dans des jardinières, invitant chacun à en prendre soin et à les ramasser, et faisant redécouvrir aux citadins la beauté de la verdure.

green guerilla mur– De son côté, Wassim refleuri les façades d’immeubles et les rues de l’est parisien, à l’aide de vieilles palettes ou de matériau de chantier, pour donner une nouvelle respiration à la ville et colorer le quotidien des citadins d’aujourd’hui et de demain.

A Paris, Gabe et ses amis, parcourent les rues parisiennes en cherchant à habiller de vert l’espace public. Tour à tour lanceur de bombes à graines, jardinier de terrains laissés en friche, artisan détournant abris-bus et chaussures en coins de verdure pour rendre la rue plus agréable à vivre.

Si toi aussi tu veux faire des bombes à graines, c’est hyper simple, et prend 2 min à expliquer. Regarde :

D’autres exemples d’action peuvent être trouvés, comme par exemple sur le site de Guerilla Gardening France.

 

Bien au delà du mouvement spontané de départ, le mouvement Green Guerilla, est donc devenu depuis quelques années, un véritable mouvement écologique mondial qui unit les citoyens, les politiques, les scientifiques, les artistes, les architectes…

 

En témoigne la superbe série documentaire  » Naturopolis: Ils voient la ville en vert «  diffusée sur arté en 2014.

Comment les mégalopoles tentent de se réconcilier avec la nature ? C’est la question que pose Naturopolis, série documentaire en quatre volets, à travers une vaste réflexion sur les défis environnementaux qui nous attendent. Pour la première fois, l’exploration de la biodiversité est placée au cœur de la ville et des activités humaines. Et pour la première fois, la ville est appréhendée au travers de la nature qui s’y déploie.

Dans Naturopolis, acteurs, penseurs, scientifiques, rêveurs et bâtisseurs de demain nous invitent à explorer les richesses naturelles méconnues de quatre mégalopoles : New York, Paris, Rio de Janeiro et Tokyo.

1 – RIO : Du chaos à la ville durable


Réalisation: Bernard Guerrini et Mathias Schmitt
Pays: France
Année: 2013

Douze millions de personnes vivent à Rio de Janeiro, une mégalopole exposée à l’élévation du niveau des mers et à une urbanisation anarchique qui grignote la montagne. La forêt atlantique a été en grande partie détruite et les eaux qui arrosent la ville ont atteint une telle toxicité que la faune et la flore se sont appauvries. Comment en est-on arrivé là ? Le déboisement a débuté avec les premiers colons. La ville a ensuite grossi jusqu’à l’emballement des années 1970. Est-il possible de faire machine arrière ? Des citoyens veulent y croire. Ils se sont mobilisés pour que la nature recouvre ses droits – jardins partagés, recyclage des déchets, énergie solaire, reconstitution de la mangrove. Le ministère de l’Environnement y travaille aussi, avec son programme de «corridors verts».

 

2 – New York: La Révolution Verte


Réalisation: Bernard Guerrini et Mathias Schmitt
Pays: France
Année: 2013

Plus de la moitié de l’humanité vit désormais en ville. Parallèlement, la faune et la flore investissent de plus en plus les milieux urbains. Avec une conséquence surprenante : les relations entre les animaux et les hommes n’ont jamais été aussi nombreuses, denses et riches. En quatre épisodes, consacrés à New York, Paris, Rio de Janeiro et Tokyo, cette série documentaire explore les richesses naturelles des mégalopoles. Le premier épisode suit Frédéric Durand, scientifique, naturaliste, poète et visionnaire. Il explore la Grosse Pomme à la manière des naturalistes d’antan. Comment la nature a-t-elle rattrapé et façonné la mégalopole américaine ? Quels sont les hommes qui, au coeur même de la cité, ne vivent que pour elle ? Et pourquoi une ville comme New York ne peut-elle survivre que si elle invente un nouveau pacte avec l’environnement ?

 

3 – Et Si Paris Se Mettait Au Vert

Le reportage n’étant pas disponible en vision libre sur internet, je ne peux vous mettre qu’une photo et le résumé du documentaire. Néanmoins, si vous êtes interessés, n’hésitez pas prendre la VOD sur le site d’arte.

Paris révolution verte

Ouvrir de nouveaux chemins à la biodiversité est l’un des principaux enjeux de Paris, qui compte seulement 5m2 d’espaces verts par habitant contre 25m2 à Berlin et 45m2 à Londres. Le défi est lancé, la ville doit passer à 30 m2 dans les années à venir. Traumatisée par la canicule de 2003, Paris s’est lancée dans un verdissement tous azimuts, et 80 hectares de toits pourraient être végétalisés. D’autant qu’il y a quelques années, le lancement du projet du Grand Paris a fait naître un foisonnement d’idées. Ce mouvement vert, élan vivant, chaleureux et responsable, est insufflé par des habitants, des bâtisseurs, des penseurs, des scientifiques.

 

4 – Tokyo: De La Mégapole À La Ville-Jardin


Réalisation: Bernard Guerrini et Mathias Schmitt
Pays: France
Année: 2013

Tokyo, la plus grande mégapole du monde, est en pleine mutation. La catastrophe de Fukushima a en effet sonné la fin d’un mythe, celui de l’énergie facile et de la croissance sans fin. Aujourd’hui, la ville réfléchit à un autre modèle de développement. Et les Tokyoïtes réclament d’autres modèles pour leur cité bétonnée. L’aspiration à la nature règne, et les naturalistes, les architectes, les citoyens, les artistes et les politiciens travaillent déjà à la création d’une mégapole verte. Ils se souviennent qu’il y a un siècle, Tokyo, qui s’appelait Edo, était la plus grande cité-jardin du monde, un modèle d’écologie avant la lettre. La nostalgie de cet équilibre perdu stimule les esprits et accélère les changements : Tokyo vise à devenir une « smart city », une ville symbiotique qui réconcilierait nature et énergie durable.

 

La série de 4 documentaire est disponible en DVD ou VOD sur le site d’Arte. N’hésitez pas à passer par ce biais pour la regarder dans les meilleurs conditions.

 

Si tu te sens concerné par la Green Guerilla et que tu as trouvé cet article intéressant, n’hésite pas à en parler, à le partager car c’est en passant l’information sur ce mouvement que nous pourrons faire avancer cette extraordinaire aventure plus vite et partout.