Un poème écrit là, d’un coup, à l’instant
Et partagé pour toi dans le même temps :

Je brûle ma vie, aux rêves,
Par les deux bouts,
Et tant pis si j’en crève,
Tant que j’en parle debout !

Car du rêve au réel,
Il n’y à qu’un pas,
Et si mon corps est mortel,
Mes idées ne le sont pas !

Alors je brûle tant que je vis,
Sans plus de retenue puisque
Il n’est plus question de survie,
Mais de prendre des risques.

Pour le feu d’une utopie,
Je brûle et puis tant pis !

COD KINAY – le 30/11/2014

vol en feu dans la nuit

Pour illustrer ce slam, j’ai aimé ce dessin digital de Gray-Fullbuster

Licence Creative Commons

Je brûle de Cod Kinay est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à Contacter Cod Kinay.