Ce petit bilan de presse sur les Indiens d’Amazonie, en sursis face au barrage de Belo Monte, est à mettre en lien avec le documentaire du Blog: Indiens d’Amazonie en sursis

La présidente du Brésil, Dilma Roussef, a officialisé cette année, la construction du barrage de Belo Monte. Ce projet va complètement déstabiliser la vie des autochtones habitant l’Amazonie et l’équilibre de biodiversité que nous apporte encore la forêt amazonienne, un des poumons de notre planète. Des pétitions en Europe et dans le monde entier circulent pour arrêter cette folie. En France, l’association Planète Amazone est en campagne :

STOP TAPAJÓS – les peuples d’Amazonie se mobilisent en résistance à de nouveaux projets de grands barrages en Amazonie – Planète Amazone – 24/11/2014

La pétition du Cacique Raoni contre le projet Belo Monte

La pétition du Cacique Raoni 

Les peuples d’Amazonie appellent à la résistance et à rejoindre ou soutenir une Caravane contre les barrages, qui cheminera les 26 et 27 novembre 2014 le long du fleuve Tapajos, de Santarem à São Luiz do Tapajós. Un message fort adressé au gouvernement brésilien, aux multinationales qui comptent participer au projet et au monde entier, comme le rappelle une déclaration du célèbre Cacique Raoni, publiée pour l’occasion.

 

Pour signer la pétition: Soutenir le Cacique Raoni et les populations indigènes du Xingù et demande l’abandon définitif du projet de barrage de Belo Monte

Le point sur la situation

– Des centaines d’indigènes, de riverains et militants lancent une « Caravane contre les barrages en Amazonie » les 26 et 27 novembre prochain le long du fleuve Tapajós, un acte de résistance visant à dénoncer l’illégalité des complexes de barrages prévus et pointer la responsabilité des multinationales.

stop Tapajos En juin 2014, à l’Assemblée Nationale, la participation d’EDF – détenue à 84% par l’Etat – a été dénoncée par les Caciques Raoni Metuktire et Megaron Txucarramãe, EDF est constructeur majoritaire du barrage de Sinop (Etat du Mato Grosso) sur le fleuve Teles Pires, un affluent du rio Tapajós.

– Le groupe GDF-Suez (32% de parts de l’Etat), fait quant à lui partie du Grupo de Estudos Tapajós (Groupe d’Etudes Tapajós) développant ce complexe de barrage qui affectera, en forêt amazonienne, 1.979 kilomètres carrés (197.200 hectares) et de nombreux peuples indigènes et riverains. GDF-Suez est le récent lauréat d’un prix Pinocchio 2014.

– En France, Nicolas Hulot et Cécile Duflot sont parmi les premiers à poser avec un logo reprenant la célèbre main rouge – symbole de la lutte contre les grands barrages – indiquant ‘STOP TAPAJOS’ et dans la paume de laquelle figure soir le sigle d’EDF soit celui de GDF-Suez. L’opération est lancée par l’association Planète Amazone.

La suite:  STOP TAPAJÓS

Pour approfondir et croiser les informations:

– Article, paru dans le Monde le 27/04/2014:  Belo Monte, le barrage géant du Brésil qui a vaincu les Indiens – Nicolas Bourcier

– Documentaire également posté sur le blog: Indiens d’Amazonie en Sursis 

– Faites des liens avec cet article d’actu paru le 20/12/2014 sur MrMondialisation / MailOnline: Des indiens tentent d’envahir le congrès à Brasilia

– Wikipédia:  Barrage de Belo Monte