Un de mes petits instantanés à la plume en écho à l’actualité… Car je vois et entends: Répression et violence policière, réponse violente des opposants, violence pour porter ses causes, violence pour que les médias causent…. violence partout… violence toujours… Et….

Alors quoi ?! On va sortir les flingues
Et se faire bouffer du plomb ?!
C’est si facile de virer dingue,
Bien plus que de garder son aplomb !
Et les fils de la violence
Ont la faiblesse au bout des poings.
Celle de l’esprit, de la conscience.

Qui frappe le plus, pense le moins !

Parce que, franchement,
Toi, tu crois vraiment
Qu’on cherchera à t’offrir une troisième joue
Quand tu auras giflé les deux premières,
Qu’une solution naîtra des coups pour coups,
Sans avoir à passer par le cimetière ?

Alors c’est ça, pour toi, la voie de l’évolution ?

La violence en réponse à chaque désaccord !

Mais regarde, les dictateurs partage tous cette opinion
Et fils de la violence, tout ça n’apporte que la mort !

Au fond, c’est à ça que l’on nous forme,
La même norme, de la foule à l’uniforme,
Mais quand tu chausses tes gants, dis,
Te souviens-tu des enseignements de Gandhi ?

Car tu vois, défendre ses causes à la loi du plus fort
Ca génère de la peur dans le cœur des Citoyen,
De la peur bleu marine qui l’empêche de faire l’effort
Pour changer le monde alors qu’il en a les moyens.

Écoute-moi, s’il te plait, fils de la violence,
Je ne ressens, pour toi, aucune haine,
Et moi aussi j’appelle à la désobéissance
Mais je crois que l’aventure se doit d’être humaine.

Je crois qu’on peut faire bouger les choses
En libérant la puissance de l’inertie active,
Qu’on se doit « Sobriété » au fleuron de chaque cause
Pour mettre en mouvement l’énergie collective.

Alors je t’appelle, fils de la violence,
A changer tes armes en restant au combat,
Qu’on épuise l’ennemi à force de résistance,
De notre intelligence au service des débats !

Qu’il se détruise lui-même, bouffé par sa rage,
A l’érosion progressive de ses piliers d’amarrage
Quand nous avancerons un sourire sur le visage
Sans faillir sous le feu de ses tirs de barrage !

Ce sera dur, je ne vais pas te mentir,
Certains d’entre nous tomberont surement,
Et nous les porterons au Panthéon fièrement
Car c’est sûr que chaque cause à ses martyrs.

Alors, nous aurons de la haine plein les tripes
Mais aussi le courage de ne pas y succomber,
De ne pas devenir le sale miroir de leur violence en stéréotype
Pour qu’aucun oppresseur ne remplace celui qui viendra de tomber !

Alors, viens, fils de la violence, viens et prends ma main,
On va marcher, pacifiques, pour aller changer demain
En sachant qu’on a déjà commencé à construire

Le socle solide d’un meilleur avenir !

COD KINAY – le 02/12/2014

Émeutes fleurs Banksy

Pour illustrer ce slam, j’ai aimé cette peinture de Banksy

Licence Creative Commons

Les fils de la violence de Cod Kinay est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à Contacter Cod Kinay.