Ce slam fait écho à l’article « Le mouvement Green Guerilla » qui donnent quelques clés pour comprendre cette nécessité de reconnecter nos villes à la nature, les grands projets en cours, et comment faire agir simplement à notre échelle de citoyen. Je te conseille vivement d’aller le consulter après lecture de ce slam. 🙂

Pendant des années, l’homme a coulé
Des hectares de béton à la volée
Pour éliminer, petit à petit, le vert
Sous ses tours d’acier et de verre
Qui s’agglutinent et s’empilent
En villes géantes aux pieds d’argile.

Il a banni de ses cités
Les lois de biodiversité
Qui imposaient à leur développement
Quelques contraintes, évidemment !
Mais maintenant face au mur
Il entend le murmure de la nature
Qui lui souffle qu’il a eu tord
D’évincer sa faune et puis sa flore,
Que s’il s’entête dans cette direction,
Il n’aboutira qu’à sa propre destruction.

C’est triste et pourtant il reste de l’espoir,
Comme une touffe d’herbe sur un bout de trottoir.
Tout n’est pas perdu si l’on ose enfin changer
L’idée que ville et nature ne peuvent se mélanger.
Tout est encore possible si l’on agit de concert
En réajustant les intérêts qu’on sert.

Ceux qui gouvernent doivent donner les moyens
De mener des projets, au grand de l’échelle,
Et Green Guerilla se doit, au fleuron des citoyens,
Pour ramener de la vie dans chaque parcelle.
En bref, il faut que le moderne cerne les écosystèmes,
Tout en sachant qu’il en fait partie quand même.

Alors, créons plein de jardins partagés,
Dans nos villes, plus de milles potagers.
Bâtissons de nouvelles architectures
Qui soient un socle pour la nature,
Semons des graines et de la vie
Partout au cœur de nos parvis,
Des artères chargées de chlorophylle,
Qui filent à travers nos centres-villes.

Nos consciences sont en mutation
Et n’attendent qu’un peu d’action
Pour construire nos villes de demain.
On le sent, ça nous picote les mains,
D’agir pour faire renaître le lien
Entre la faune, la flore et notre quotidien.
On le sait, on le sent, on a plus le choix.

Alors, dis-moi, demain on fait quoi?

Ça te dit d’aller faire et puis de voir
Comment semer les graines de l’espoir ?

COD KINAY – le 16/02/2015

strett art nature

Pour illustrer ce slam, j’ai aimé cette photo de Street Art naturel de VinieGraffiti

Licence Creative Commons

En ville de Nature de Cod Kinay est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à Contacter Cod Kinay.