Du dioxyde de carbone aux multiples pollutions, jusqu’au dérèglement climatique en plein cœur d’une mondialisation économique, on y est, les deux pied embourbés dedans ! Et pourtant rien ne change vraiment, et on continue de s’y enliser alors qu’il y a urgence. Alors…

 

Je voudrais qu’on favorise
La production locale
Des marchandises
Et moins de transport,
Car plus on en blinde les cales,
Plus la pollution bat des records.

Alors, je plaide pour une taxe carbone
Établie à l’échelle mondiale,
Une taxe aux axes bien pesés, car bonne,
Elle évitera les dérives commerciales.
Étude des cycles de vie des produits,
Du bien fondé de leurs circuits,
Et préférer le local au low cost,
Plutôt qu’un climat sous holocauste !

Et puis, y associer d’autres astuces :
Consommer moins pour vivre plus,
Produire mieux pour du durable,
En évitant le trop de rab périssable.
Retrouver la gestion sobre des sols,
Les saisons en écoles horticoles,
L’agroalimentaire changeant ses protocoles,
Comme faire le retour de la palme au tournesol.

Oui, garder la terre et l’humanité féconde
En sachant que l’on est « citoyen du monde »,
Que chaque vie est unique et hors de prix,
Qu’on soit né en Afrique ou à Paris,
Le petit doigt dans les hautes sphères
Où les pieds nus plantés dans la poussière.

Savoir qu’on a tous la même Terre mère,
Qu’on est donc des sœurs et des frères.
Se réunir en famille et voir ce qu’on peut faire
Pour tenter ensemble de s’extraire
De nos routes d’avenir à codes-barres
Qui se barrent en vrille, en mode barbares,
Vers de bas horizons
Où l’on ne pense qu’à ce qu’on somme,
Et peu importe le poison
Tant que l’homme croît et consomme !

Alors oui, consommer moins pour mieux y voir
Et comprendre qu’on a pas besoin d’avoir,
Mais d’être des maillons qui aiment
Tenir la chaîne du grand écosystème,
Un sourire aux lèvres
Et le cœur au creux des mains,
Pour calmer la fièvre
Qui indispose nos lendemains.

Indices posés sur nos chemins
Mais éparpillés sur la planète,
Alors la voix  de chaque humain
Compte pour y voir un peu plus net.

C’est pour ça que je plaide pour des référendums
A l’échelle mondiale, pour en faire éclore
Des lignes d’avenir qui n’aient pas qu’un référent d’hommes
De pouvoir, quand il s’agit de faune et de flore.
Qu’on parle de notre Terre au-delà des jeux économiques,
De nos guerres d’égos trop souvent pathétiques.
Qu’on devienne aujourd’hui les maillons de la chaine
D’un écosystème indemne pour les générations prochaines !

COD KINAY – le 21/05/2015

 

image-ecologie-carbone-referendum-mondial

Pour illustrer ce slam, je me suis amusé à compiler cette petite image (bon, j’avoue, ça se voit que je ne suis pas graphiste ! ^^)

 

Licence Creative CommonsDu carbone au referendum mondial de Cod Kinay est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à Contacter Cod Kinay.