<<  CHAPITRE 1 : Connaître les abeilles

 

<< CHAPITRE 2 : L’inquiétante disparition des abeilles

 

CHAPITRE 3 : Comment protéger les abeilles

 

sauvons-les-abeilles-protectionLa protection des abeilles, de part leur nécessité pour le maintien d’un écosystème terrestre viable, est devenue un sujet de préoccupation fort pour de nombreuses associations et commence à faire écho à l’échelle gouvernementale.

Dans ce chapitre nous allons faire un petit tour d’horizon les différentes actions proposées et menées pour sauver nos merveilleuses butineuses pollinisatrices. Et je t’encourage vivement à rebondir sur les liens des sites dédiées afin de mieux en cerner les tenants et aboutissants et pourquoi pas apporter tes propres fleurs à cette belle prairie en développement qui à besoin de nous tous.

 

Parmi les actions très faciles à réaliser pour toi, tu peux soutenir les différents acteurs de la protection des abeilles en apportant ta signatures aux pétitions qu’ils proposent. C’est rapide, gratuit et important !

De nombreuses pétitions sont proposées pour interdire l’utilisation abusive de pesticides:

Qu’elles proposent ou non la signature de pétitions de nombreuses associations s’investissent dans la protection des abeilles en proposant différentes voies d’actions.

 

Voici une petite liste non exhaustives de ces associations, que je t’encourage à aller découvrir et soutenir au mieux:

terre-abeillesTerre d’Abeilles
C’est une association française déclarée d’intérêt général et créée en 2002. Elle agit au plan national, européen et international pour la protection des abeilles et autres pollinisateurs sauvages.

abeille-sentinelle-environnementL’abeille, sentinelle de l’environnement
Lancé en Décembre 2005, par l’Union Nationale de l’Apiculture Française, « l’Abeille, sentinelle de l’environnement » est un programme national de sensibilisation et d’information du grand public, des collectivités territoriales et des entreprises à la sauvegarde de l’abeille et des pollinisateurs sauvages.

un-toit-pour-les-abeillesUn toit pour les abeilles
Cette association a pour ambition de participer à la sauvegarde des abeilles et au développement des colonies, en mettant à profit le parrainage. Elle propose aux entreprises et aux particuliers de parrainer des ruches avec, en récompense, une partie du miel que les abeilles y produisent.

parrainer-une-ruche-abeilleMécènes et Parrains d’Abeilles
Elle œuvre à la sauvegarde et à la protection de l’abeille, de son environnement ainsi que du patrimoine apicole ancien et mène des actions ciblées, telles que l‘implantation des ruches, grâce au soutien des Mécènes et Parrains.


les ailes de la vie abeillesLes Ailes de la Vie

L’objectif de l’Association Les Ailes de la Vie est de faire connaître le rôle de l’abeille dans notre écosystème, son importance pour la Nature et l’utilité de la protéger. Pour cela, elle crée, entre autre, des ruchers en sites préservés.

lpa-ligue-protection-abeillesLigue pour la Protection des Abeilles et des Pollinisateurs (LPA)
C’est une association (loi 1901) dont le but est de sauvegarder les abeilles et les pollinisateurs. développer des zones de compensation écologique importantes dans le maintient de la biodiversité.


l'abeille de compagnieL’abeille de compagnie

C’est une association Loi 1901, à but non lucratif et reconnue d’intérêt général ayant pour vocation la sauvegarde de l’abeille noire (abeille locale) et le soutien aux apiculteurs responsables. Elle propose par exemple de parrainer des ruches.


association selva abeillesAssociation Selva

L’association Selva créée en 1992, développe et anime des actions de sensibilisation à l’environnement et au développement durable en France et à l’étranger. Elle s’adresse à un public d’enfants et d’adultes dans le cadre d’activités scolaires, de manifestations, de stages… En 2013, l’association Selva a commencé une action pour la protection des pollinisateurs : SOS Abeilles.

abeillement-votre-associationAbeillement Votre
Créée en Janvier 2010, c’est une association loi 1901, déclarée d’intérêt générale qui s’adresse aux collectivités, entreprises et particuliers désireux d’être acteur de leur politique environnementale. Elle propose, par exemple, d’offrir le gite aux abeilles, en parrainant ou en accueillant des ruches chez toi.

association-Bzzz-abeilles Association Bzzz
Bzzz est une association sans but lucratif, née à l’été 2012 de la volonté de quelques passionnés de s’engager pour la protection des abeilles. Afin de concrétiser ses objectifs, l’Association Bzzz a choisi de développer deux axes principaux : la création et l’entretien d’un rucher participatif, et des actions de sensibilisation et de pédagogie grâce à l’installation de ruches Bee-Pass.

Et encore plein d’autres associations qu’il ne faut pas hésiter à aller chercher par toi même…. 😉

 

De l’abeille rurale à l’abeille citadine…

abeilles-villes-dessin-humourDans l’esprit très intéressant du parrainage de ruches, et dans le cadre d’un environnement rural surchargé de pesticides et de monocultures intensives, l‘idée de créer des ruches de villes à fait sont chemin et donnée certaines initiatives. Bien que n’étant pas une solution aux problèmes de la pollinisation et de la survie des abeilles, elle possède le mérite de sensibiliser les citadins aux abeilles et , j’espère, de leur faire prendre conscience des graves dangers que nous encourrons face à leur disparition.

Pour illustrer cela, voici la conférence TEDx d’Audric de Campeau, présentée en 2015 à Fribourg.

Audric est un apiculteur urbain autodidacte et l’un des précurseurs de l’apiculture urbaine. On retrouve ses ruches, connectées et surveillées en temps réel grâce à la haute technologie, sur les toits de Paris ou encore de Neuchatel.

Les villes c’est intéressant, mais le véritable enjeu, pour leur survie, reste le milieu naturel des abeilles : la campagne !

Le rapport de Greenpeace: Piqûre de rappel – Vivre sans pesticides

Rapport abeilles piqure de rappel greenpeaceGreenpeace a publié, en mai 2014, ce rapport très complet qui synthétise les résultats de plusieurs recherches scientifiques récentes menées sur la comparaison de l’agriculture industrielle et biologique, et de leur impacts sur les pollinisateurs, et particulièrement les abeilles.

Ce rapport à pour but de faire émerger des politiques globales à mettre en œuvre dans le paysage rural Européen afin de protéger et redonner un équilibre démographique aux pollinisateurs.

Il y est exposé que l’agriculture biologique favorise l’abondance et la diversité des plantes sauvages entomophiles au sein des parcelles cultivées, ce qui favorise la diversité et l’abondance des abeilles solitaires, des bourdons et des abeilles domestiques.  De plus, dans les exploitations biologiques, les engrais chimiques sont remplacés par des légumineuses (par exemple certaines espèces de trèfle) qui permettent aussi de répondre aux besoins alimentaires des abeilles. Un troisième facteur bénéfique est également la plus faible concentration de produits pesticides qui contaminent et affaiblissent énormément les abeilles (comme vu dans le chapitre précédent).

A partir de ces constats, plusieurs recommandations ont été formulées pour atténuer les répercussions toujours plus fortes de l’agriculture industrielle et renforcer les pollinisateurs sauvages tels que les abeilles:

  • Il faut augmenter la proportion d’habitats semi-naturels à l’échelle du paysage car ils sont précieux pour les abeilles.En effet, il a été montré qu’une augmentation de 10% de la proportion d’habitats de haute qualité va de pair avec une progression de 37% en moyenne de l’abondance et de la diversité des abeilles sauvages.
  • Le passage d’une agriculture conventionnelle à une agriculture biologique permettrait d’augmenter de 74% l’abondance des abeilles sauvages.
  • La diversification des parcelles cultivées pourrait entraîner une hausse moyenne de 76% de l’abondance des abeilles.
  • Il existe également d’autres initiatives pour améliorer la diversité et l’abondance des abeilles, parmi lesquelles la réduction globalisée de l’utilisation des pesticides, des herbicides et d’autres intrants chimiques de synthèse; aménager de petits champs comportant des espèces florales diversifiées; avoir davantage recours à la rotation des cultures de plantes florifères; espacer les monocultures en intercalant des zones non cultivées telles que des haies, des prairies à faible utilisation d’intrants ou des zones boisées semi-naturelles.

Ces recommandation ont d’ores et déjà conduit à la mise en place d’initiatives pour préserver les abeilles dans le cadre des mesures agro-environnementales (MAE) dans plusieurs pays, comme on peut le lire dans le rapport.

 

Plus de protection mais du remplacement: Les RoboBees

Pour finir cette page, je te donne une petite info qui n’est pas en lien avec la protection des abeilles mais qui souligne très bien l’ampleur du problème et des inquiétudes. Là, pas de protection des abeilles, mais plutôt une anticipation d’un monde où les abeilles auraient disparues. Et c’est dans cette optique qu’une équipe de chercheurs et d’ingénieurs d’Harvard et de biologistes de la Northeastern University de Boston développent des insectes artificiels capables de polliniser les cultures tout comme leurs homologues organiques:  Les RoboBees.

Non, non, ce n’est pas de la SF ! Et pour illustrer ce projet, voici une petite vidéo des RoboBees :

Débuté en 2009, le projet RoboBee est déjà parvenu à faire voler des robots de 80 mg, et d’une envergure de 3 cm, très semblables aux abeilles. Leurs ailes, capables de battre 120 fois par seconde, sont animées par un muscle qui se déforment sous l’action d’une tension électrique. Seules ombres à l’horizon pour les RoboBees: leur alimentation et leur système de navigation complexe.

Ce projet soulève donc des interrogations éthiques majeures :

question-éthiqueOù en est le rapport entre l’homme et la nature?

Pour maintenir une agriculture intensive outrancière capable de faire disparaitre des espèce clés, l’homme est-il près à remplacer le vivant par des robots ?

Dans ce cas, et par analogie aux abeilles, serait-il impensable et injustifié de remplacer notre espèce humaine par des humanoïdes pour maintenir des niveaux délirants de sur-production et sur-consommation sur terre ?

Où est commence et où s’arrête la logique de tels comportements ?

 

Et enfin, la question cruciale sur le sujet de cet article :

VEUT-ON VRAIMENT OFFRIR A NOS ENFANT UN MONDE SANS ABEILLE ???

 

>>  CHAPITRE 4 : Des documentaires sur les abeilles