Pour la petite explication :

J’ai écrit ce texte dans le cadre de la 5e édition (2015) du championnat de Slam français des « dis-moi dix mots que tu accueilles », dans 10 villes de France, pendant la Semaine de la langue française et de la Francophonie, organisé par la Ligue Slam de France et la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France du Ministère de la Culture.

Le but est d’intégrer les 10 mots suivant dans un slam: AMALGAME – BRAVO – CIBLER – GRIGRI – INUIT – KERMESSE – KITSCH – SÉRENDIPITÉ – WIKI – ZÉNITUDE

Plus d’infos sur le site de la Ligue Slam de France

Tournois Slam dis-moi 10 mots

 

Il semblerait que de nos jours
Nos priorités aient changé de pitch
Et que la tolérance soit devenue un peu KITSCH.
Tout comme ces mots d’amour
Qu’on remplace par « salope », « bâtard », « bitch »
Parce qu’on fait gentiment l’AMALGAME
Entre le sexe et les sentiments, le cul et l’âme.
Même en amour, on ne tolère l’autre qu’à condition
Qu’il satisfasse nos envies
Et « sauve qui peut » devient vite la conclusion
S’il n’est pas de notre avis.

C’est vrai que de nos jours, c’est « vive la norme »
Et le recours au « tous pareil » qu’on veut CIBLER.
Alors, on rabote les contours de l’indicible et
On calibre les esprits à la taille de l’uniforme.
Au fond, on s’en fout si certains seront dépités
De ne plus se construire dans les jeux du hasard.
Il n’est plus question de SÉRENDIPITÉ,
Car de nos jours, on ne tolère plus les écarts !

Non, on n’admet plus les différences d’attitudes
De ceux qui pensent « ZÉNITUDE »,
A vivre leur temps simplement,
En avançant tranquillement,
Sans se battre pour le Graal du gagnant.
Non, ces gens-là, sont juste des feignants,
Car il faut qu’on soit tous à la KERMESSE
Des écoles du speed et de l’argent,
Du strass et du stress comme laisse
Pour du business au plus urgent.

Et pour ça, on nous appose des GRIGRI
En néons dans le néant de nos esprits.
Elles pullulent ces petites pilules pour les aigris
Dont on n’accepte plus le gris des cris,
Parce qu’on tolère plutôt bien de se faire baiser
Mais que c’est dur à digérer de le voir diffusé.
C’est comme ça qu’on permet, pour du pétrole,
Qu’on mette à mal la terre des INUIT,
Qu’en Afrique on laisse polluer tant de sols,
Parce que là-bas, la vie ne vaut pas assez,
Pour qu’on se mette à penser et dépenser
Un peu de nos sous pour réparer les fuites.

Alors pour se rassurer, on crée des WIKI,
A la bonne conscience de l’ouverture des écrans,
On y pèse nos mots pour qu’ils obtiennent le « oui » qui
Modère les portes de la censure des Grands
Trop souvent décidés à ne tolérer
Que des idées édulcorées !

Et si je vous parle de tout ça à cœur ouvert
C’est que je suis comme vous
Coincé dans ce système pervers.
Et sincèrement, je vous avoue
Que trop souvent, je me vois au garde à vous,
De ces tolérances programmées.

Je m’auto-raisonne
A ces mots qui résonnent,
Alors non, quand je viens slamer
Je ne cherche pas de BRAVO.
Quand ils bravent au
Micro, les codes de ces non-sens
Qu’on nous dispense dès l’enfance.

Pour la forme :
Dix mots sont dits dans ma démo.
Pour le fond :
Demain, démontrons de nos mains qu’il est faux !

COD KINAY – le 27-01-2015

Licence Creative Commons

10 mots de tolérance de Cod Kinay est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à Contacter Cod Kinay.